in

Top 5 des femmes de pouvoir qui ont fait l’histoire de l’Afrique

L’engagement des femmes africaines ne date pas d’aujourd’hui, elles se sont toujours battues pour des jours meilleurs. Portrait de 5 femmes, à travers 5 pays différents, 5 combats différents et 5 époques différentes.

Ellen Johnson Sirleaf, première femme présidente en Afrique

ellen johnson sirleaf

Elle dirige le pays après plus de 14 ans de guerre civile, elle quitte le pouvoir en paix après 12 ans de gouvernance. Une première au Liberia. Cette femme de pouvoir a été nommée prix Nobel de la paix en 2011, pour son engagement auprès des femmes.

A lire aussi : Tournée africaine des 3 femmes les plus puissantes du monde

Yaa Asantewaa, la princesse héroïne

L’empire Ashanti, actuel Ghana, avait vu son trône d’or menacé par le gouverneur qui voulait s’y asseoir en réfutant le fait que ce dernier était sacré. N’ayant plus espoir les hommes se sont résignés, mais la princesse Yaa a décidé de mener la bataille contre les Britanniques afin de sauver leur patrimoine. 

Ce qu’elle fit avec hardiesse et dévouement en enrôlant avec elle des femmes ashantis. Elles réussirent ainsi à sauver le trône. Malheureusement elle fut exilée quelques années plus tard aux Seychelles avant de mourir loin de la terre pour laquelle elle s’est battue.

A lire aussi : Top 5 des femmes noires… belles et riches

Amina de Zaria, la reine guerrière

amina de zaria

Un petit voyage au 16e siècle qui a vu naître la première reine du peuple haoussa de Zazzau, une contrée de l’actuel Nigeria. La première femme à oser demander le pouvoir dans une société patriarcale, la reine Amina a su s’imposer et forcer le respect des hommes. 

Avec plus de 20.000 hommes à ses commandes, elle a sillonné le Zazzau et remporté autant de victoires que les rois passés sur le trône. Elle est la représentation réelle du personnage de la série télévisée, Xena la guerrière. 

A lire aussi : Nigeria : Quand sauver la vie d’une mère coûte… 4 dollars

Taytu Betul, l’anti-impérialiste

taytu betul

Reine éthiopienne, femme d’un négus (roi)Taytu Betul est celle qui a fondé Addis-Abeba jusqu’aujourd’hui capitale du pays. Elle a aussi beaucoup travaillé sur l’ouverture et le développement du pays en adoptant la modernisation sans toutefois céder à l’impérialisme. 

Elle ne put malheureusement pas régner à la mort de son mari et a pris de nombreuses décisions salutaires en son nom.

A lire aussi : Top 5 des Africains qui ont fait la fierté du continent en juillet

Njinga Mbandi, la redoutable diplomate

njinga mbandi

Reine de Ndongo et de Matamba, les deux royaumes qui ont aujourd’hui donné naissance à l’Angola, la reine Njinga, contrairement aux autres souverains, avait choisi d’être diplomate avec les Portugais. 

Elle ira même jusqu’à adopter le christianisme comme religion et changer de nom en portant celle de la femme du gouverneur, Dona Ana De Sousa, toujours dans le but de raffermir les liens entre le Portugal et ses royaumes. Elle ne se maria jamais et continua à diriger ses troupes jusqu’à l’âge de 60 ans. 

A lire aussi : Louise Mushikiwabo, première femme africaine à la tête de l’OIF