Arielle Kitio
in

Arielle Kitio veut promouvoir le codage à travers les langues locales

Vainqueur du prix Margaret de la Journée de la femme digitale (JFD), la camerounaise Arielle Kitio, s’est engagée dans la formation numérique de la jeunesse africaine. Enfant prodigue de l’économie digitale camerounaise, elle s’apprête aujourd’hui à lancer le concours « Coder en langues nationales ».

A lire aussi : 7 métiers menacés par le progrès technologique

« J’ai grandi à Yaoundé où j’ai obtenu un baccalauréat scientifique avec mention à l’âge de 15 ans, au lycée de Biyem-Assi, avant de suivre un cursus en informatique à l’Université de Yaoundé -1. Surnommée « la codeuse » par mes camarades, j’ai effectivement connu le temps du « girl coding-phobia » à une époque où de nombreuses étudiantes craignaient simplement d’ouvrir un ordinateur. J’ai rapidement intégré des communautés qui cherchaient à démystifier la technologie comme le Google Developers Group, la Journée du logiciel libre puis Women Tech Makers. Il n’y a pas si longtemps, le constat était partout le même : si vous organisiez un évènement tech pour les femmes, elles n’y étaient représentées qu’à 15%, tout au plus », expliqué t-elle dans La Tribune.