Balai citoyen
in

Le Balai citoyen, vigile de la République des Hommes intègres

On les appelle les “enfants de Sankara”. Un surnom très flatteur qui montre l’énorme travail abattu par les membres du Balai citoyen pour faire advenir la démocratie et la bonne gouvernance au pays des Hommes intègres.  

On est en 2014. Blaise Compaoré, qui dirige d’une main de fer le Burkina Faso, depuis 27 ans, persiste dans sa volonté de rester à la tête du pays. Comme tous les dirigeants qui s’accrochent au pouvoir, il ignore complètement les aspirations de son peuple. 

Pourtant, il dirige une nation minée par la corruption et la mal gouvernance ; l’un des pays les plus pauvres de la planète. Il y a sans doute une certaine malédiction en Afrique qui affecte ses dirigeants : un entêtement à maintenir les structures de la misère quoi qu’il en coûte.

Le vieux dirigeant, arrivé au pouvoir en 1987, après avoir évincé son fidèle compagnon, Thomas Sankara, dans l’un des épisodes les plus tristes de l’histoire politique de l’Afrique, est honni. Mais, il ne veut pas s’en aller. Malgré les avertissements d’une jeunesse décidée, il compte profiter des ors du pouvoir, tant qu’il le peut.

La fin de l’histoire sera malheureusement à son désavantage. Il a oublié dans sa quête inexplicable de privilèges que les enfants de Sankara ont grandi. A leur tête, les chanteurs Sam’s K le Jah et Smockey et l’avocat Guy Hervé Kam. Ils mènent la vie dure à Blaise Compaoré, en créant le Balai citoyen.

Ils sortiront vainqueur de ce combat pour la liberté et la dignité du peuple Burkinabé. Les brimades, les menaces, les agressions, l’utilisation de l’appareil répressif de l’Etat pour les faire taire n’ont pas dissuadé ces activistes. Ils étaient déterminés à se battre pour les générations actuelles et futures. Et aujourd’hui, ils se posent en vigile de la République.