in

Niska donne un concert en prison

Que tu l’aimes ou pas, tu connais forcément Niska. Alors à la lecture du titre, soit tu as eu peur parce que ton idole est en prison, soit tu étais content(e) parce que tu es un hater, tout simplement. Rassure-toi (ou ravale ta joie), le rappeur franco-congolais n’a pas été enfermé. Il a juste fait parler son cœur en acceptant d’effectuer des prestations devant des détenus.

Un concert organisé par FU-JO

mouloud mansouri directeur fujo

En France, une association du nom de FU-JO, dirigée par un ancien détenu qui s’appelle Mouloud Mansouri, organise des concerts dans les prisons en France, avec de grosses pointures de la musique française en général, et du rap en particulier.

Mouloud Mansouri a organisé ses premiers concerts alors qu’il était encore détenu. Les détenus apprécient énormément de pouvoir s’occuper et d’avoir des loisirs. Ils peuvent ainsi « s’évader », améliorer leur estime de soi et se sentir considérés.

FU-JO intervient dans les prisons de multiples façons. Elle ne se contente pas de faire venir des rappeurs de l’extérieur. Mais elle aide aussi des prisonniers à former des groupes, et leur permet de chanter lors de festivals.

L’un de ses projets appelé « Shtar academy » a abouti à la sortie d’un album à laquelle ont participé des artistes comme Soprano, Médine Alonzo, Nekfeu ou encore Orelsan. Des clips ont été tournés dans les prisons. En l’espace de 10 ans, l’association a « dépassé les 400 artistes dans les prisons ».

A lire aussi : Ces 4 sons ont fait danser le monde en 2018

« C’est un honneur de pouvoir chanter en prison aujourd’hui »

niska

C’est ce qu’a déclaré Niska au début de son concert. Celui-ci s’est tenu à la maison d’arrêt de Nice, le jeudi 09 novembre 2018. Il a enjaillé son public avec des tubes comme « Salé », « J’suis dans le Baye », « Country », « Chasse à l’homme », « Charlie delta » « W.L.G » « Tubalife » ou encore « Réseaux ».

« C’est des personnes qui écoutent ma musique, qui se sentent concernées par mes propos » a-t-il dit au sujet de son public du monde carcéral. « C’est parti en clip. Les mecs ils connaissent. On est connecté nous-mêmes avec eux » a t-il ajouté avec un grand sourire.

Pour finir, il a résumé l’état d’esprit des prisonniers au sujet de tous ces projets musicaux et ces concerts, en se mettant à leur place. « Aujourd’hui là je suis en prison, et tu me dis euh… bah je ne sais pas moi tu me ramènes Migos, je suis content. »

Les parties prenantes de ces initiatives, à savoir prisonniers et association, aimeraient que des artistes comme Maître Gims ou Booba y contribuent également. Si ça se fait, on pourra entendre des « Est-ce que tu m’aimes » ou des « C’est pas le quartier qui me quitte… » depuis les prisons de France.

A lire aussi : Le Congolais Fally Ipupa, artiste le plus suivi par les YouTubeurs ivoiriens (Top 20)