Manu Dibango
in

Les grands classiques de Manu Dibango à écouter

C’est avec tristesse que le monde de la culture a appris la mort d’un des baobabs de la musique africaine. Touché à 86 ans par l’épidémie de Covid-19, « Papy Groove », roi de l’Afro Jazz, était l’un des plus grands ponts entre la musique afro et la culture classique. Manu Dibango aura marqué plus d’une génération. Retour sur les plus grands classiques de sa carrière. 

A lire aussi : 9 citations de Manu Dibango, « le bâtisseur de ponts entre l’Europe et l’Afrique »

.1- Soul Makossa, 1972

Probablement le titre le plus connu de sa musicographie. Pourtant, ce n’était au départ que la face B d’un 45 tour dont le titre phare était un hymne pour l’équipe de foot du Cameroun à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Ensuite, cette chanson prendra une dimension planétaire jusqu’à être repris par Michael Jackson. 

2- Aye Africa, 2000

Sortie au début des années 2000, Aye Africa rend hommage à ce continent qu’il aime tant restera un des plus grands classiques de la musique africaine. Ce chef d’œuvre à la rythmique berçante est un hymne à l’indépendance. Pour Manu Dibango, c’est aussi un clin d’œil à ses racines africaines.

3- Makossa Man, 1974

Sur un rythme, afro punk très entraînant, cette musique a marqué la génération 80. 

4- Africa Boogie, 1982

Toujours dans le style afro, punk, cette musique chante une nouvelle fois l’âme du continent africain. Le saxo, accompagnant la guitare et la basse, donne un relief particulier à cette chanson.

5- Big Blow, 1976

Ce style purement Jazz était innovateur en Afrique pour beaucoup durant cette période.  C’était l’époque des vinyles ou ce genre de musique nous invitait à danser. 

6- Poinciana, 1983

Sortie une année après Africa Boogie, ce son va dans la même lignée afro punk très tendance à cette époque.

7- Africadélic, 1975

Cet album rapprochait Manu Dibango vers son envie première, celle de se rapprocher de son Afrique natale. 

 

Que ce soit grâce à un instrumental afro-latin, un accent évident sur la batterie, des paroles presque inexistantes, parfois dans une langue étrangère, Manu Dibango aura bercé plusieurs générations.