Manu-Dibango
in

9 citations de Manu Dibango, « le bâtisseur de ponts entre l’Europe et l’Afrique »

Manu Dibango, 85 ans et légende de la musique africaine se décrit comme étant un bâtisseur de ponts. C’est à cela qu’il a consacré ses 60 ans de carrière, à travers de nombreux projets de métissage artistique. Il a également un regard lucide sur on succès, des influences multiples qui expliquent sa philosophie, un style de vie à prendre en exemple et une opinion d’expert en musique que résument bien ces 9 citations.

A lire aussi : The Ñuulest Experience, le documentaire qui nous replonge dans le concert de Nix au Musée des civilisations noires

(1) Nous sommes des bâtisseurs de ponts entre l’Occident et les Afriques, c’est une chance.

(2) Chacun a son karma. C’est un ensemble, une addition de beaucoup de bonnes et mauvaises choses. Il faut faire face à l’échec comme au succès. Il faut toujours surnager.

(3) Le matin, je me dis : tiens je suis encore en vie et qu’est-ce que je vais faire ? Mon problème c’est : quel est mon programme?. Ce n’est pas : Ah hier, c’était formidable, la nostalgie…

(4) J’ai l’harmonie des Bach et des Haendel dans l’oreille avec les paroles camerounaises. C’est une richesse de pouvoir avoir au minimum deux possibilités. Dans la vie, je préfère être stéréo que mono.

(5) Je suis simplement un gars qui est musicien, ni musicien européen, ni africain. Je suis musicien d’origine africaine.

(6) La musique, il ne faut pas la mettre en prison. Beaucoup de gens écoutent la musique avec des œillères.

(7) Vous êtes musicien africain, donc vous jouez du djembé, du balafon, de la kora. Si vous jouez du saxo, oups, c’est plutôt noir-américain, vous n’êtes déjà plus tellement africain dans la tête de certains.

(8) Ce sont des fantasmes que les gens mettent sur vous. Et peut-être qu’une partie de votre vie, c’est de les chasser. C’est très difficile. Même pour moi

(9) Quand on ne rêve plus, on n’est plus. Cet été, je joue avec des orchestres philharmoniques, symphoniques. C’est une autre façon de parler. Le langage n’est pas le même quand vous êtes 70 (musiciens). Le rendu et les frissons que vous pouvez avoir n’ont rien à voir. C’est comme si vous voyagiez en première.