femmes africaines
in

Le monde célèbre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Viol, violence physique, psychologique, sexuelle, mutilation génitale, mariage précoce, féminicide… La liste est loin d’être exhaustive, mais elle reflète la violation des droits des femmes un peu partout dans le monde. Violation qui, la plupart du temps, reste impunie voire tue ou
non signalée. Honte et peur des préjugés font que les victimes optent pour le silence et subissent toutes seules les conséquences physiques et psychologiques de ces actes. Elles subiront ces conséquences à plusieurs étapes de leur vie allant de la scolarisation au milieu professionnel.

A lire aussi : Du sabre aux missiles : la France fait de bonnes affaires avec le Sénégal

Afin de briser cette chaîne néfaste et de rompre le silence ainsi que l’impunité, ce lundi 25 novembre marque la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard de la femme, et rend hommage aux trois sœurs Mirabel, Maria Teresa, Minerva et Patria, les trois militantes dominicaines, assassinées le même jour sous les ordres du dictateur Rafael Trujillo contre qui elles avaient lutté.

Instaurée depuis 1999 par l’ONU, la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard de la femme aura pour thème cette année : « Orangez le monde : la génération égalité s’oppose au viol ».   Il y aura 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes. L’objectif sera de dénoncer la culture et l’apologie du viol, conscientiser sur l’anormalité des abus sexuels, qui tendent à être acceptés, et même justifiés. Une femme sur trois subit cette violence avant d’être en plus victime de la passivité, et même dès fois, du regard accusateur de la société. Les 16 jours qui prendront fin le 10 décembre 2019 doivent permettre de faire de la lutte contre le viol,
la lutte de tous.

Il n’est pas trop tard pour agir ni participer à la lutte, il s’agit de se documenter, de partager les témoignages de victimes, d’informer sur la loi du consentement, de savoir et de faire savoir que le refus est un droit qu’il ne faut pas outrepasser. Ne minimisez aucune action aussi insignifiante fusse t-elle, la campagne est aussi présente sur les réseaux sociaux avec les hashtags #OrangezLeMonde et #GénérationÉgalité.