in

La marche du siècle mobilise les jeunes partout sur la planète

Conscients de la nécessité de sauver la planète, des milliers de personnes sont mobilisées pour manifester contre l’inaction climatique partout dans le monde. Jamais la lutte contre le réchauffement climatique n’a eu un tel écho. Tout est parti d’une pétition contre l’État français pour inaction face au dérèglement climatique. Ce vendredi 15 mars, on assiste à l’appel à la grève mondiale pour le climat lancée par la Suédoise Greta Thunberg. Les lycéens sont sont sortis nombreux pour répondre à l’appel, partout sur le globe.

La journée du 16 mars marquera sans doute une tournure décisive dans ce combat, car il y aura, pour une première dans l’histoire : la Marche du siècle. Une dynamique soutenue par pas moins de 140 organisations.

La marche du siècle mobilise divers acteurs

D’abord, les lycéens et collégiens ont occupé le devant de la scène en répondant à l’appel à la Grève mondiale pour le climat lancé par la jeune activiste environnementale suédoise Greta Thunberg, proposée pour le Prix Nobel 2019. Puis, la grève s’est élargie touchant une multitude d’acteurs, tous mobilisés contre le réchauffement climatique. Ce phénomène est appelé « marche du siècle « , car il compte pas moins de 140 organisations, rien qu’en France. De plus, la marche est actuellement en cours au  à Hong Kong, à New Delhi, au Royaume-Uni, Pologne, à Sydney, au Sénégal… 

À l’image du printemps arabe, GreenPeace France déclare :  » Notre printemps sera climatique et social« , estimant qu’il  » est temps de changer de système industriel, politique et économique, pour protéger l’environnement, la société et les individus.« 

Un cri du cœur très audible vu le nombre d’associations féministes et de lutte contre le racisme, sans compter les gilets jaunes qui se sont appropriés ce combat. Le directeur général de Greenpeace France évoque par ailleurs l’impact sur la population des multiples catastrophes météorologiques de l’été 2018.  » Cet été-là, il y a eu une accumulation de phénomènes météorologiques extrêmes : des records de températures battus en Suède ou au Japon, des incendies de forêt à des endroits qui étaient préservés comme le Groenland« , a-t-il affirmé.

À lire aussi : Quand Greenpeace essaie de sauver l’Afrique des changements climatiques