incendie notre dame de paris
in

Le bois du Ghana pourrait servir à reconstruire Notre-Dame

Le monde entier a été témoin de l’incendie qui s’est déclaré à la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril dernier. Monument touristique de premier ordre, sa reconstruction et sa rénovation ont fait l’objet de donations importantes. Pour réparer sa flèche et son toit, une société ghanéenne a proposé l’utilisation d’une forêt sous-marine de son pays.

A lire aussi : La Journée internationale de la Paix mobilise les gens partout dans le monde

Un bois aussi solide que l’original

bois lac volta

La forêt sous-marine est celle du Lac Volta. Elle s’est formée après la construction du barrage Akosombo au Ghana en 1965. Composée d’arbres massifs, le bois qu’elle fournit est de très bonne qualité en raison de la submersion des troncs.

En effet, l’eau a préservé les arbres de la décomposition et ils ont commencé à se fossiliser. La société ghanéenne qui exploite cette forêt à fait une proposition au gouvernement français, assurant que son bois permettra une restauration à l’état original de la bâtisse.

« Sous le lac Volta, on trouve des arbres africains typiques qui ressemblent aux chênes – leur densité peut varier de 650 kg à 900 kg par mètre cube. Ce sont des charpentes en bois qui pourraient être utiles pour la reconstruction. »

Si jamais l’offre ghanéenne est acceptée par la France, un contrat de près de 50 millions de dollars pourrait être signé.