magic and melanin
in

Afro–descendants : Le temps du retour aux origines

Le phénomène du retour à leurs origines de nombreux noirs américains prend de l’ampleur d’année en année. Désireux de se rapprocher de la terre de leurs ancêtres, de nombreux noirs américains entreprennent le voyage pour voir de leurs propres yeux leurs histoires et mieux connaitre leurs racines. C’est dans ce cadre que le groupe Magic and Melanin, créé par DOSSE-VIA TRENOU il y a 2 ans, organise des voyages touristiques axées sur l’exploration du Togo, du Bénin et du Ghana, trois régions principales où les Africains ont été capturés et réduits en esclavage.

A lire aussi : L’éducation aux Etats-Unis va bientôt intégrer des voyages en Afrique

magic melanin

Magic and Melanin n’étant pas le seul groupe organisant des voyages touristiques, il reste néanmoins l’un des premiers à ouvrir ce secteur au monde francophone. Habituellement réservés aux pays anglophones du fait de la proximité linguistique, ces voyages touristiques en Afrique de l’Ouest permettront également de faire un peu mieux connaitre cette partie du continent, cette autre culture africaine.

En général, les rapports entre Africains et Afro-américains sont souvent complexes et multidimensionnels comme l’a expliqué la professeur Vanessa Everson de l’Université du Cap, Afrique du Sud qui explique : « Le milieu économique, le niveau de la conscientisation à la chose africaine, la durée de leur présence en Amérique, leur âge, les influences familiales, tout influe sur les rapports entre Africains et Afro-américains. »  Malgré quelques revers initiaux au début des années 2000, les personnes d’ascendance africaine, avec la globalisation, continuent de migrer vers le continent. Au-delà de ces pèlerinages, certains afro-descendants comme Dossé tentent l’aventure de l’expatriation, des investissements et de la création d’entreprise. Une jeunesse américaine ouverte et curieuse de connaitre son histoire, des jeunes talentueux dans les plus grandes capitales africaines, le berceau de l’humanité n’a si jamais bien porté son nom.