in

Pablo Picasso se serait rendu en Côte d’Ivoire

Que ce soit dans les brochures touristiques ou en ligne, il n’est pas rare de trouver des références à la visite réputée de Picasso à Fakaha, un village isolé du nord de la Côte d’Ivoire, situé à 650 km environ d’Abidjan, la capitale économique.

artiste de fakaha

Le guide de voyage français Petit Futé décrit Fakaha comme « de renommée internationale » pour son tissu de coton filé à la main peint par le peuple sénoufo et qui  » jadis, charmait Picasso lors de sa visite discrète dans la région au début du siècle. Même si Picasso, durant toute sa vie n’a jamais parlé d’une visite à Fakaha, il y a toute une mythologie qui s’est développée autour du peintre et de l’Afrique. Cependant Picasso était un collectionneur passionné d’art africain, et avait même une collection privée. Même  s’il a déclaré : « L’art nègre ? Je ne le sais pas. »

De nombreux critiques d’art considèrent l’Afrique comme l’une des sources d’inspiration de Picasso, soulignant une ressemblance entre certaines de ses œuvres et la sculpture africaine. La ressemblance frappante entre un masque de Grebo africain et l’un des visages de son œuvre de 1907 « Les Demoiselles d’Avignon » est l’exemple la plus cité.

« Chaque fois que quelqu’un soulignait l’influence de l’art africain sur le développement de son propre travail, il haussait les épaules, ennuyé d’être réduit à cela: bien qu’il soit certain qu’il en fut influencé à partir de 1906, lorsqu’il expérimenta ses premières sculptures (africaines) », pense Gilles Plazy, l’un de ses biographes.

Picasso aurait voyagé pieds-nus

Pour les centaines de personnes qui vivent à Fakaha, le célèbre artiste et sculpteur espagnol a trouvé son inspiration après avoir découvert leur village. Pendant des siècles, ces artistes locaux ont travaillé d’arrache-pied dans des huttes ouvertes autour d’une piste sablonneuse, chauffée par un soleil brûlant.

Leur dextérité est fascinante et leurs mouvements précis. Ces artistes travaillent avec des couteaux ou des bâtons et plongent leurs outils dans des bols de couleurs, et le coton blanc devient une œuvre d’art recouverte de motifs d’animaux et de personnages masqués. Et il y a une ressemblance avec les œuvres de Picasso et celles des artistes de Fakaha. Soro Navaghi, un vieux âgé de 60 ans répète persiste. « Je vous le dis, il est venu ici. Il s’est inspiré de nous ».

Apparemment, Picasso aurait eu une panne de voiture alors qu’il se rendait à Korhogo. Mais à continué le reste de la route pieds-nus jusqu’au village, « torse nu et sans chaussures », explique Navaghi qui affirme l’avoir reconnu. Picasso serait resté plusieurs jours au village et aurait même donné des conseils aux villageois.

L’autoportrait du grand peintre, la « preuve ultime »

Silue Naganki, un des artistes explique : « C’est lui qui nous a appris à utiliser les éponges et les brosses à dents pour être plus rapide et plus précis ». « Avant lui, nous n’avions jamais utilisé les cadres non plus. C’est lui qui nous a conseillé de peindre les cadres », explique Silue Nagankin un des artistes.

Navaghi présente la « preuve ultime » : une toile en coton représentant Pablo Picasso. On y voit un homme blanc chauve, portant parfois des shorts, parfois une jupe en herbe, qui tient un crayon ou un pinceau. Un autoportrait du maître ! Il ne fait aucun doute, même pour un amateur, qu’il s’agit de Picasso, proclame Navaghi.

Un certificat d’authenticité, signé par un agent de voyages et affirmant avoir assisté à la visite de Picasso, est joint à la toile. Une copie du document qui est conservée dans les archives du village indique :  » Picasso est arrivé pieds nus à Fakaha en 1968. Il travaillait sans chemise et sans vêtements. »

« C’est une histoire fantastique qui lui aurait beaucoup plu ». « Il y avait beaucoup d’histoires sur Pablo Picasso, et comme il avait le sens de l’humour, il prétendait parfois que certaines d’entre elles étaient vraies », a déclaré son biographe, Plazy à  l’Afp.

A lire aussi : KevinHart4real: Quand Twitter change la vie d’un talentueux dessinateur nigerian