Christian Abégan
in

10 citations du célèbre chef camerounais Christian Abégan sur le lait et l’ouverture aux saveurs étrangères

Superstar de la campagne « Les Afrogourmands », Christian Abégan voyage dans toute l’Afrique pour promouvoir les produits laitiers mais aussi l’importance de l’ouverture aux autres patrimoine culinaire afin d’enrichir celui de l’Afrique. Dans une interview donnée à Sputnik, il a fait montre de toute son expertise sur la question. Voici ce qu’il a dit en 10 points.

A lire aussi : 4 plats signés Pierre Thiam, chef sénégalais et ambassadeur du fonio

(1) Lorsqu’ils sont ajoutés comme épice dans un plat les produits laitiers engendrent une nouvelle saveur. Par exemple, j’ai revisité la prune en y ajoutant de la crème pour rééquilibrer son acidité.

(2) Nous devons nous ouvrir aux autres pour valoriser la gastronomie africaine. Il faut pouvoir trouver une identité culinaire pour que notre cuisine voyage en y insérant aussi des produits laitiers.

(3) Il faut comprendre qu’on a tous besoin de produits laitiers. C’est bon pour la santé notamment pour les os et les dents. En Afrique, notre alimentation quotidienne est riche en sel, bouillon culinaire et graisse. Ce qui n’est pas du tout recommandé. Or, c’est l’ouverture aux produits laitiers qui permet d’avoir un certain équilibre pour la santé

(5) Pour aller vers l’autre, il faut lui réserver tout ce qu’on a de meilleur. L’ouverture dans le monde de la gastronomie nécessite que des échanges de recettes et d’ingrédients soient mieux faits de manière à ce que l’on puisse découvrir qui nous sommes. Quand vous allez montrer aux autres ce que vous êtes, vous devenez l’ambassadeur culinaire de votre continent. C’est très important pour les cultures et les peuples du monde de partager toutes ces richesses

(6) Depuis mes débuts, j’ai toujours eu à cœur la valorisation de nos produits. C’est un état d’esprit que je cultive depuis mes débuts, car j’ai toujours voulu proposer des recettes nouvelles. Mais il s’agit aussi d’un travail identitaire parce que je veux que nos produits africains soient représentés sur les tables du monde entier. Et aussi parce que l’Afrique doit être reconnue à l’extérieur pour la qualité de ses produits.

(7) La table est un élément qui rassure. C’est un élément sociétal grâce à la tradition du repas traditionnel partout dans le monde. Dans beaucoup de pays, on dîne ensemble pour renforcer une cohésion sociale qui devient de ce fait plus importante. Les produits de la gastronomie africaine sont des éléments d’une identité culturelle que nous pouvons utiliser pour faire voyager nos convives

(8) L’Afrique, c’est 5.000 ans d’histoire culinaire depuis l’Égypte ancienne. Parfois, on réduit l’Afrique à un pays alors qu’il l s’agit de 54 États avec des cultures parfois très différentes. C’est une grande richesse ! Nos épices et autres ingrédients voyagent à travers le monde. Il suffit d’adapter nos recettes culinaires en gardant un esprit d’ouverture afin de les faire voyager à travers le monde.

(9) Il faut qu’on se réapproprie notre propre culture culinaire. Il faut qu’elle rencontre les autres cultures dans les sommets internationaux. J’ai pu faire goûter du Ndole à des chefs étrangers qui n’avaient aucune idée de quoi il s’agissait et étaient même réticents. Tout réside parfois dans la présentation, dans l’explication et dans les mélanges de saveurs. Il faut savoir mieux vendre ce que nous proposons de meilleur et de rare.

(10) Tout ce que je fais, je le fais avec une méthode précise parce que je cherche à garder l’ADN de la culture ou d’un produit pour qu’effectivement ça reste l’élément principal. Ce n’est pas de la prestidigitation culinaire, c’est tout un travail de recherche à faire pour réussir à garder les équilibres gustatifs.