écrivains africains
in

Le Sénégal continue d’offrir des pépites à la littérature francophone

La littérature sénégalaise s’est toujours distinguée à travers des auteurs devenus des classiques de l’écriture francophone. 40 ans après les indépendances, l’heure n’est plus à la lutte contre la colonisation et à la recherche d’identité. Ce qui offre à nos auteurs une plus grande liberté et bien sûr un large choix de sujet et de thèmes tous aussi intéressants et en phase avec les problèmes de notre époque. Des jeunes pétris de talents et dont l’engagement va au-delà des mots.

Mohamed Mbougar Sarr

mbougar sarr

L’ancien enfant de troupe de 28 ans est sans nul doute la découverte de la littérature sénégalaise de ces dernières années. Dans son premier roman, Terre Ceinte publié en 2015, il présente des personnages partagés entre la peur, le courage et la résignation. Qui nous montrent que dans la vie, il y aura toujours des personnes qui vont abandonner aux premiers coups, d’autres qui vont espérer sans lever le petit doigt et ceux qui vont se révolter. Ce roman recevra le prix Ahmadou-Kourouma, puis le Grand Prix du roman métis de Saint-Denis-de-la-Réunion. En 2017, il publie son deuxième roman Silence du Chœur, récompensé par le Prix Littérature-Monde. En avril 2018, son troisième roman, De purs hommes, vient confirmer son talent à travers une plume poétique, humaine, vivante mais surtout pleine de sens.

A lire aussi : 4 auteurs africains contemporains qu’il faut absolument lire !

Felwine Sarr

felwine sarr

Universitaire, économiste, philosophe, éditeur, musicien et écrivain, il faut avouer que Felwine a plus d’une corde à son arc. L’auteur appelle à une seconde décolonisation, celle des savoirs. Une vision qu’il confirme avec la publication de son essai Afrotopia, son ouvrage est une injonction à l’Afrique à sortir des sentiers battus du développement érigés par l’occident. Il se bat ainsi pour une reconsidération et une remise en valeur de la culture et du potentiel africain pour réaliser ce qu’il appelle une utopie active. Le cofondateur de la maison d’édition Jimsaan est ainsi un véritable espoir pour l’Afrique et ceci dans tous les sens.

A lire aussi : 5 livres d’auteurs africains recommandés par Barack Obama

Ibrahima Khalil Diallo

khalil diallo

Ce jeune auteur de 25 ans a été dévoilé au public littéraire sénégalais par les éditions L’harmattan avec la publication de son premier ouvrage, un recueil de poèmes intitulé Chœur à cœur. Son premier roman, A l’orée du trépas, paru récemment dans la même maison d’édition, l’auteur raconte une histoire dans un langage rhétorique et poétique. Une écriture classique et scrupuleuse qui pourrait même faire oublier le drame d’un kamikaze djihadiste malgré lui, l’histoire d’un pacifiste que les malheurs de l’émigration et la passion brûlante de l’amour ont transformé. Une occasion pour l’auteur de mettre en scène la condition humaine, certaines pratiques et violences qu’il espère améliorer à travers ses écrits. « J’écris pour ces persécutés, violentés, ostracisés », explique-t-il. Une affirmation qui en dit long sur l’engagement de cette plume qui annonce de belles promesses.

A lire aussi : Top 5 des Africains qui ont fait la fierté du continent en juillet

Nafissatou Dia Diouf

nafissatou dia

Elle est connue pour sa polyvalence, elle est auteure de plusieurs ouvrages dans des genres aussi divers que le roman, les nouvelles, la poésie et la littérature jeunesse. Ses ouvrages SocioBiz 1 et SocioBiz 2 ont connu un grand succès grâce à son style particulier marqué par l’humour, la dérision, l’optimisme sans pour autant manquer à l’essentiel. C’est en juin dernier qu’elle a publié son premier roman, La maison des épices. C’est le récit d’un centre de soins qui malgré la douleur et les souffrances vit au rythme de l’amitié, la tendresse, la beauté et l’amour. Un livre qui donne envie d’aller vers une quête existentielle pour donner sens à la vie à travers l’écriture légère et pourtant classique de Nafissatou. Une autre Aminata Sow Fall que le Sénégal nous promet. 

A lire aussi : Ces 3 femmes de moins de 40 ans dans le classement des leaders économiques africains

Elgas

Elgas

El Hadji Souleymane Gassama, de son vrai nom, est diplômé de Communication et de Sciences politiques se démarque déjà par sa plume peu conformiste. Elgas décrit l’Afrique sans utiliser les filtres et les masques auxquels nous sommes habitués. Son premier roman, Un Dieu et des mœurs, est un cahier de retour au chez lui, marqué par la déception et la colère face à un pays meurtri, selon lui, par la tradition et un excès de religion. Un fanatisme qui n’exhorte pas à l’expression du génie humain freiné par les valeurs religieux, et même une certaine intolérance. Des sujets dits tabous qui bousculent l’esprit du lecteur et pousse à une remise en question de la culture sénégalaise teinte par une certaine hypocrisie. La plume d’Elgas brise les codes et lève le vole sur la société sénégalaise. La sexualité, l’excision, le fatalisme, le fanatisme, l’homophobie, l’intolérance, l’hypocrisie et tant d’autres sujets abordés dans ce livre aussi rempli d’audace et de rébellion que son auteur. Une plume fine, tendre, limite poétique, mais pourtant ironique et rebelle qui promet de belles choses.

A lire aussi : Top 5 des podcasts africains à suivre en 2018