in

Ces deux entrepreneurs qui valorisent l’Afrique

Même si on en parle pas assez, l’Afrique regorge d’énormes potentialités. La première est sa jeunesse dynamique et engagée, qui crée de la valeur avec les moyens à leur disposition. Ces deux entrepreneurs l’illustrent parfaitement…

L’Afrique en bois

Lewis Flanders est un afro-américain qui a dédié sa vie à l’Afrique où il n’a pourtant jamais mis les pieds. Mais la terre de ses ancêtres, il l’a dans la peau, il l’a dans les veines.

Menuisier de profession, il fabrique des meubles de rangements à l’effigie de l’Afrique et de sa diaspora. Il raconte : “ Au début c’était juste une petite affaire de meubles, aujourd’hui je reçois des commandes un peu partout dans le monde. Tout le monde veut la carte d’Afrique dans sa chambre, son salon, son bureau…”

Il confie dans son site www.ddiworkshop.com (DDI,l’acronyme de Daddy Does It), que  sa source de motivation ce sont les yeux de ses enfants qui brillent quand ils réalisent ses oeuvres, tous éblouis, il disent fièrement : « Daddy does it », c’est papa qui l’a fait.

À lire aussi : 4 marques sénégalaises dirigées par des jeunes talentueux

L’industrie africaine prend un nouveau souffle avec Marieme Sarr Jehne

Marieme Sarr Jehne est une jeune femme d’origine sénégalaise de 29 ans qui a mis en place deux marques haut de gamme dans la parfumerie et les soins du visage. Pour expliquer la raison pour laquelle elle a choisi ce segment, elle dit : “ On a souvent tendance à sous-estimer le travail des Africains et je me suis jurée d’être un élément actif afin que cela cesse”.

C’est donc dans le but de faire progresser les choses et d’apporter sa pierre à l’édifice qu’elle s’est lancée sachant que l’industrie cosmétique ne prend pas toujours en compte les spécificités des teints foncés ainsi que les conditions climatiques du continent africain.

Aujourd’hui sa marque « Taar », qui veut dire beauté pure en wolof, fait son bonhomme de chemin.

Nous leur souhaitons bon vent !

À lire aussi : Bifuko, une marque de montres inspirée de la culture bantoue