in

Tout ce qu’il faut savoir sur Bernard Dadié

« En Afrique, lorsqu’un vieillard meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle  » Amadou Hampaté Ba.

Bernard Binlin Dadié a rendu l’âme ce samedi en Côte d’Ivoire à l’âge de 103 ans. Le plus célèbre des écrivains ivoiriens de tous les temps, l’un des plus grands auteurs africains n’est plus. Il laisse derrière lui un héritage incommensurable.

Retour sur le parcours du grand sage d’Afrique

Bernard Dadié

Militant des premières heures auprès de Felix Houphouet Boigny dans le PDCI(Parti Démocratique de la Côte d’Ivoire)Dadié s’est beaucoup investi dans l’indépendance de sa Cote d’ivoire bien-aimée. Il fut ministre de la Culture de 1977 à 1986. Ce qui fait surtout la notoriété du vieux, c’est surtout sa carrière littéraire très prolifique. Il a écrit des romans, des contes, des nouvelles, des romans, du théâtre, de la poésie. Il a commencé par le théâtre dés 1934 avec sa pièce satirique « les villes ». Le vieux avait une belle personnalité, c’était la douceur et la sensibilité du poète, la résistance et l’obstination du guerrier africain. Son roman autobiographique Climbié est son œuvre la plus connue. Il s’agit du premier roman ivoirien, paru en 1956, il raconte la trajectoire pleine de péripéties de Climbié, depuis son village natal jusqu’à Grand Bassam, puis à Bingerville, Dakar et enfin Abidjan non sans dénoncer vigoureusement la colonisation. Le pagne noir est également un livre qui a étudié dans plusieurs écoles du continent et d’ailleurs. Ce livre a forgé et accompagné des générations entières. Bernard Dadié faisait partie de notre vie, et de notre parcours. Il est ce patriarche que nous avons quelque part cru éternel. Il a reçu deux fois le Grand Prix littéraire d’Afrique Noire avec le patron de New-York et la ville où nul ne me meurt. Ne disait-il pas:  » Écrire est pour moi un désir d’écarter les ténèbres, un désir d’ouvrir à chacun des fenêtres sur le monde. » Avec générosité, il a écrit et de là ou il est, il continue de nous guider sur le chemin de la vie qu’il a arboré avec dignité et constance. 

bernard dadié

« Ce qui n’est pas bon pour moi là, je ne le fais pas ». Voilà ce qu’il a répondu en toute simplicité à un journaliste qui demandait le secret de sa longévité. C’est tout Dadié, un homme d’une grande humilité qui a toujours vécu en accord avec ses principes et convictions.

Le monde lui a rendu un vibrant hommage à travers les réseaux sociaux : 

A lire aussi : 5 Choses à savoir sur Mamadou Dia