sénégal
in

Sunudebat : Le rêve de la jeunesse sénégalaise brisée par la CNRA

Lancée par des citoyens sénégalais sur les réseaux sociaux, Sunudebat avait pour but de rassembler tous les candidats à l’élection présidentielle autour d’un débat. Une invitation a alors été lancée à chacun des candidats sur Twitter. La montagne a accouché d’une souris finalement, car la CNRA a décidé que ce débat n’aura pas lieu.

La CNRA dit niet

presidentielle-senegal

« Vouloir n’est pas pouvoir », la jeunesse sénégalaise a mené une initiative forte : celle de réunir les 5 candidats à la présidentielle autour d’un débat afin d’éclairer les Sénégalais sur leurs programmes respectifs. Le seul hic était que le président sortant ne comptait pas y participer, le Sunudebat allait donc se faire sans lui et Idrissa Seck, qui a aussi finalement désisté, car le seul concurrent « digne de lui » n’allait pas être de la partie.

Ça ne présageait pas une issue heureuse, mais on gardait espoir. L’espoir que la jeunesse avait encore son mot à dire dans un pays où les -25 ans représentent 61 % de la population (projections de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie en 2019). Tout le continent ainsi que la communauté internationale pouvait être fière et s’inspirer de cette belle initiative qui rendait au peuple sa souveraineté et donner aux soi-disant campagnes électorales une dimension plus réfléchie, plus éthique, moins partisane.

On allait enfin aller au-delà des slogans et discuter des choses qui préoccupent réellement le peuple. Mais la CNRA (Commission Nationale de Régulation de l’Audiovisuel) a dit niet, car  » l’organisation de débats radiodiffusés ou télédiffusés, pendant la campagne électorale, incombe au régulateur, à la condition que tous les candidats y participent ; un débat ne peut être organisé que sur décision du CNRA « . Puisque la « toute puissante institution » n’a pas donné son accord,  » les chaînes de radio ou de télévision ne sont pas habilitées à diffuser une telle émission dans le cadre de la présente campagne électorale ».

Le mouvement Y’en a marre essaie de sauver la mise

Yen-a-Marre

« Lorsqu’on n’ a pas ce que l’on veut, on se contente de ce que l’on a ».

Apparemment c’est ce que le collectif « Y’en a marre » s’est dit. Le mouvement qui est en chute libre depuis les présidentielles passées, a profité de l’occasion pour organiser le 21 février, jour initialement retenu pour le Sunudebat, une rencontre avec chacun des candidats à la maison de culture Douta Seck. Ils sont sensés défiler successivement pour répondre à une liste de questions, sans même se voir. L’initiative est intitulée « Wallu Askan wi » qui veut dire la part du peuple.

Si la démocratie est « le gouvernement du peuple par le peuple », il y a encore du chemin à faire au Sénégal lorsque l’organisation d’un simple débat d’idées entre candidats à la présidentielle devient quasi impossible.

A lire aussi: Sunu débat : De Twitter à la Présidence