Etudiants africains
in

Les étudiants africains boudent les universités françaises. Une aubaine pour l’Afrique

Près de 50 %. C’est la baisse des candidatures des étudiants africains dans les universités françaises. Cette baisse des demandes d’inscription est le résultat de l’augmentation des frais d’études en France pour les étudiants africains. Le continent pourrait bénéficier de cette situation pour trois raisons.

1. Stopper la fuite des cerveaux

L’Afrique doit faire face, depuis longtemps, à la saignée de ses plus prometteurs étudiants. Ils vont souvent continuer leurs études en Europe ou en Amérique et, souvent, ne reviennent pas pour travailler et s’engager dans leur pays. Avec la décision des autorités françaises d’augmenter considérablement les frais d’inscriptions en France, l’Afrique pourra endiguer la fuite de ses cerveaux.

2. Améliorer les conditions dans ses propres universités

Si les jeunes africains restent sur le continent, les dirigeants doivent nécessairement améliorer les conditions d’existence dans les universités pour leur permettre de s’épanouir et de mener des études brillantes chez-eux. La balle est dans le camp des autorités africaines.

3. Développer des programmes d’échanges universitaires entre les pays du continent

L’idéal panafricaniste en profiterait grandement. Imaginez des jeunes issus de tous les pays du continent, et qui se rencontrent, passent leurs études ensemble, apprennent à se connaître et à réfléchir sur les défis de l’Afrique. Ils pourront collectivement trouver des réponses aux problèmes du continent et s’engager pour l’unité de l’Afrique.