in ,

Ce que les ivoiriens perdront à ne pas fêter l’Abissa cette année

L’Abissa, cette fête traditionnelle célébrée par la communauté ivoirienne Nzima de Grand-Bassam qui symbolise les concepts de démocratie et de justice sociale n’a pas été fêtée cette année en Côte d’Ivoire. La cause : des contestations qui ont suivies les élections municipales.

Cette nouvelle n’est pas du tout joviale, car les Ivoiriens vont rater beaucoup de bonnes réalisations que leur offrait cette fête coutumière.

Citons 2 choses que les Bassamois vont rater à cause de l’annulation de cette fête :

(1) L’occasion pour certains d’obtenir le pardon

abissa

Un des buts de cette fête traditionnelle est de permettre aux personnes qui ont commis des actions blâmables et regrettables de faire des confessions et d’avoir l’opportunité d’être pardonnées publiquement. Donc annuler cette fête constitue un pas en arrière pour la démocratie locale.

A lire aussi :Ilhan Omar, d’un camp de réfugiés au Congrès américain

(2) L’économie locale ne va pas être boostée

afrique eco

Pendant cette fête, un important nombre de touristes vient visiter la Côte d’ivoire et en même temps assister à cette cérémonie. L’Abissa est un vecteur booster de l’économie. Durant la semaine durant laquelle elle se passe,les activités de la ville sont fructueuses, car les hôtels sont pleins, les transports ont beaucoup de clients, les restaurants marchent très bien, les commerçants vendent beaucoup aussi.

A lire aussi :Top 5 des choses que se disent les électeurs camerounais dans l’attente des résultats de la présidentielle