loi polygamie guinée
in

La Guinée passe à la polygamie sans discriminer les femmes. Il y a de quoi sourire

Fin 2018, un texte de loi légalisant la polygamie avait été rejeté par le président guinéen Alpha Condé. Le parlement de ce pays d’Afrique occidentale s’est donc réuni à nouveau le jeudi dernier et a voté en faveur d’un nouveau texte qui conditionne la possibilité du mari de prendre une seconde épouse avec l’accord de sa première femme. Une situation qui nous arrache forcément un sourire.

Le nouveau texte vient légaliser une pratique déjà très courante ‘’sans discriminer les femmes’’

La Guinée est un pays à majorité musulmane ou la polygamie fait partie des mœurs depuis longtemps. Nombreux sont les hommes qui y ont plus d’une femme, non pas civilement mais plutôt religieusement et traditionnellement. Une situation qui limite donc les droits des épouses suivantes en matière d’autorité parentale et de succession.

Le premier texte voté en décembre 2018 prévoyait que « le mariage peut être conclu soit sous le régime soit sous le régime de la monogamie, soit sous le régime de la polygamie limitée à quatre femmes (…) Faute pour l’homme de souscrire à l’une des options (…) le mariage est présumé placé sous le régime de la polygamie. » Des dispositions qui favorisent le mari, quelle que soit le cas.

Une situation ‘’normalisée’’ avec le nouveau texte qui prévoit que « le mariage est soumis au régime de la monogamie pour tous les citoyens guinéens. » Cependant « le futur mari peut, au moment de la célébration du mariage, en présence de sa future épouse et avec l’accord explicite de celle-ci, déclarer qu’il opte pour la polygamie limitée à deux, trois ou quatre femmes. »

Se déclarant très émue, la députée Traoré Zalikatou Diallo s’est félicitée de la correction des discriminations faites aux femmes. « Le principe de la monogamie est consacré comme par le passé et la polygamie est devenue une exception », a-t-elle déclaré.

Avec la monogamie ou la polygamie, les discriminations liées au mariage sont inévitables en Guinée

Le texte est louable en ce sens qu’il tente, tant bien que mal, de se conformer à la fois à la culture du pays et aux principes internationaux sur l’égalité homme-femme. Toutefois, affirmer qu’il a corrigé les discriminations envers les femmes, c’est faire fausse route.

En effet, seuls les hommes ont le droit d’avoir plus d’une conjointe. Les femmes n’ont pas et n’auront probablement jamais cette possibilité. De plus, les pressions culturelles sont généralement très fortes et même en pouvant s’opposer à la polygamie, rien ne dit que les femmes choisiront d’utiliser ce droit.

Les hommes légalement monogames auront toujours la possibilité de se marier traditionnellement ou religieusement à une autre femme, et la première, bien qu’ayant la loi de son côté, pourrait être mal vue socialement si elle choisit de s’y opposer.

Par ailleurs, en Guinée, il y aurait plus de femmes que d’hommes selon un ancien ministre de la Communication cité par Journal de Brazza. En soumettant la polygamie à l’accord de la première femme, ce texte réduit les chances des femmes célibataires d’intégrer un foyer.

A lire aussi : Les grandes innovations du projet de loi sur la filiation divisent les Ivoiriens